BIM, les 3 clés qui révolutionnent le bâtiment

BIM, les 3 clés qui révolutionnent le bâtiment

Cet acronyme, bien qu’un peu barbare vient de l’anglais « Building Information Modeling » ; soit en français « Modélisation des Informations du Bâtiment ».

Cette technique de modélisation en 3D existe depuis déjà une trentaine d’années et connaît un regain de popularité, notamment avec les problématiques de création d’infrastructures actuelles (coût, qualité, matériaux…).

Mais alors, comment le BIM peut-il révolutionner la manière d’envisager nos infrastructures ? Que change-t-il pour nos professionnels du bâtiment ?

 

  1. Qu’est-ce que le BIM ?

Définir le BIM n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. En effet, il ne s’agit pas seulement d’une technique de modélisation 3D. Il peut par exemple être apparenté à une plate-forme collaborative.

C’est une toute nouvelle façon d’envisager les infrastructures, de les créer.

Comme le montre le schéma ci-dessous, le BIM est une boucle complète de ce que l’on peut imaginer lors de la création d’une infrastructure.

Le terme « infrastructure » est d’ailleurs privilégié à celui de « bâtiment » car il peut englober plusieurs types de constructions (routes, tunnels, canalisations, ponts, barrages…).

Cette boucle est elle-même composée de 5 étapes clés que nous pouvons lister :

  • Programmation : correspond au cahier des charges, à ce que le client va demander et attendre,
  • Conception : ce procédé va rassembler une importante documentation et analyse vis-à-vis des matériaux et caractéristiques de l’infrastructure,
  • Construction : prend en compte la fabrication, ainsi donc les coûts, matériaux et délais,
  • Exploitation : les maintenances diverses liées à l’infrastructure, ainsi que les possibles évolutions liées au projet,
  • Rénovation : en bout de chaîne, il va être question de l’usure « naturelle » du projet, qui va parfois même connaître des extensions.

Chacune de ses étapes est importante car elle fait écho à des besoins biens précis en terme de création d’infrastructure.

Il faut penser cette dernière, imaginer ses matériaux et donc ses coûts. Les logiciels qui permettent le BIM donnent également accès à de nombreuses possibilités, dont la simulation.

Il va donc être possible de simuler le respect des normes, le budget, l’impact énergétique (perte de chaleurs, émissions diverses) ou encore la détection des conflits (réseaux en interférences, par exemple).

Sans oublier la visualisation de l’infrastructure finale ! Facteur rassurant pour les entrepreneurs, qui pourront voir le rendu final de leur projet ainsi que la qualité du travail produit.

Le BIM, c’est l’ensemble d’un travail réalisé en communauté qui va a fortiori permettre de maîtriser au mieux les projets du BTP.

BIM, les 3 clés qui révolutionnent le bâtiment

 

  1. Les avantages du BIM

Comme nous l’avons vu plus haut, le BIM est devenu avec les années le meilleur outil afin de travailler et d’imaginer le bâtiment.

Tout pourra être consulté en temps réel et par toutes l’équipe de conception parmi lesquels :

– maîtres d’oeuvres

– architectes

– ingénieurs

– entrepreneurs

 

L’intermédiaire des professionnels

Comme évoqué en amont, le BIM n’est pas qu’une visualisation 3D d’un projet du BTP ; il permet également d’être l’intermédiaire entre plusieurs professions, clé de la création.

Meilleur pour la collaboration, le BIM rend les anticipations et aléas liés aux bâtiments plus pertinents et facile à gérer. Il permet surtout de respecter le cahier des charges demandé par l’entrepreneur. Plate-forme collaborative, chaque corps de métier peut y travailler indépendamment des autres.

Aussi, la visualisation en 3D est un plus auprès des entrepreneurs. D’un point de vue concurrentiel, les entrepreneurs vont préférer une représentation en 3D de leur projet plutôt qu’en 2D. Cela témoigne de la maîtrise et des capacités de l’entreprise en lice pour l’appel d’offre.

 

  • Pour les maîtres d’oeuvres :

– Faisabilité de la conception (respect des critères fonctionnels et environnementaux du projet, permet de voir si ce dernier respectera les délais et coûts, incidences budgétaires…),

– Fonctionnalité du projet.

 

  • Pour les bureaux d’études (architectes, ingénieurs) :

–  Quantités et coûts de construction en temps réel (à tout moment de la conception, les simulations tant énergétiques que budgétaires de la création sont possibles),

– Analyse de divers paramètres liés au bâtiment (performances énergétiques, erreurs géométriques…).

 

  • Pour les entrepreneurs :

– Modèle 3D qui permet de visualiser le projet et d’ainsi éliminer toutes incohérences,

– Assemblage des modèles de toutes les disciplines.

 

Une considérable avancée écologique

Les problématiques écologiques actuelles ne sont un secret pour personne. Nos ressources s’amenuisent et depuis quelques années il est question de préserver notre environnement et d’y prêter plus attention.

La réduction des émissions de carbone et de gaz à effet de serre est le premier problème auquel le BTP souhaite se confronter. D’une part il s’agit d’une volonté gouvernementale, mais il est aussi question de lutter contre le gaspillage de nos ressources.

Les simulations et le travail rendu possible par le BIM permettront notamment de réduire l’émission de ces gaz. Ce dernier passe en effet par des constructions plus qualitatives, et des délais de modification des infrastructures réduits.

Nous en noterons plusieurs, non exhaustifs, qui sont les suivants :

– favoriser l’optimisation de la conception par ordinateur

– enrichir les informations et la visualisation

– détecter les conflits entre les éléments et améliorer la coordination…

 

Il est aussi bon de savoir que le BIM, ce n’est pas seulement une technologie ou une collaboration au service de l’homme, mais un savoir.

Un prix du BIM est annuellement organisé en France, afin de récompenser les meilleurs projets : http://www.batiweb.com/actualites/architecture/concours-bim-2018-les-laureats-sont-devoiles-02-05-2018-32498.html

 

BIM, les 3 clés qui révolutionnent le bâtimentExemple d’infrastructure, conçue avec BIM sur logiciel.

  1. Le BIM et vous

Pas seulement collaboratif, le BIM est un savant mélange de savoirs-faire et de logiciels compétents. Nous allons aborder les différents logiciels existants, leurs compétences, ainsi que les formations permettant d’accéder à ce type de travaux.

 

Les logiciels

Plutôt couteux, mais bien amortis pour les experts du bâtiments, plusieurs logiciels existent afin de mettre en pratique le BIM.

– Modélisation 3D et encodage : Revit, AutoCad d’Autodesk, ArchiCAD, Allplan, Vectorworks…

– Logiciels d’exploitation de données, gestion de projet BIM : Teklabimsight, BIM Office…

– Gestion de patrimoine : ACTIV3D, Devisoc…

 

Les filières

Avoir accès au BIM, c’est premièrement se pencher sur des logiciels capables de calculer, simuler ou encore visualiser le projet. Mais c’est aussi des personnes compétentes, formées qui maîtrisent ce genre de logiciel.

De nombreuses filières de génie, hors ingénierie, sont concernées. Comme par exemple le génie mécanique, civile, ou encore électrique.

Ces formations sont accessibles et disponibles partout en France.

En PACA notamment, le conservatoire national des arts et métiers propose une formation de génie civil dans le bâtiment avec un niveau « Maquette numérique du bâtiment (BIM) ».

 

N’hésitez pas à réagir dans nos commentaires, si vous êtes un as du BIM ou si au contraire, c’est une technologie qui vous étonne !

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *